Feeds:
Articles
Commentaires

Archive for the ‘Firefly’ Category

Moi j’adore comment, dès la première scène du pilote, ils balancent un gag à la con comme ça.

Pour ceux qui ont pas encore vu la série, ou qui ont déjà oublié ce qui se passe dans le pilote (un revisionnage s’impose probablement), ceci est le « Crybaby ». 8)

Autrement connu sous l’apellation de « boîte de café bleue ».

 

 

Non, désolée pour cet article inutile. C’est juste que ça m’avait fait bien rire, dès l’intro de la série, comment ils grugent les ploucs de l’Alliance en leur faisant croire qu’un signal de détresse est émis. D’une boîte de conserve.

« Captain, I am picking up a distress signal thirteen clicks ahead… From a… it sounds like a personnel carrier… Definitely a big ship, sir, and she is without power. » 😆

C’trop con :mrgreen:

Publicités

Read Full Post »

De regarder le générique de Firefly en boucle. 8)

Franchement, j’adore ce qu’ils ont fait, graphiquement, avec ce générique.

Et puis la musique est géniale. D’ailleurs, toute la bande son de la série est géniale. Comment ils ont réussi à introduire des sons country dans une série de science-fiction, quoi. 8)

 

 

Et puis au bout de 2-3 épisodes, on se retrouve à chanter les paroles du générique à chaque visionnage. 😆

Dommage que la série ait été annulée au bout de 14 épisodes…

Read Full Post »

… but you can’t take the sky from me…

 

 

Aaaaaaaaaah ! Firefly !!!!!!!! LE chef d’oeuvre de Joss Whedon !

Oui oui, Joss Whedon, l’homme qui a commis Buffy… Je me demande toujours comment ils ont réussi à faire tenir cette série pendant 7 ans, d’ailleurs… certes, elle était intéressante, originale, je dirais même le précurseur d’un nouveau genre, mais bon dieu, qu’est-ce que la blonde a pu être chiante… Le gros défaut de Buffy en fait, c’était les états d’âmes des personnages.

Bref. Firefly ça a carrément rien à voir. Et ça a été annulé au bout de même pas une saison. Cherchez l’erreur. 😐

 

Bon alors déjà, le premier truc à dire sur cette série, c’est que c’est un western spatial. C’est pas commun donc.

Et c’est bourré d’humour (enfin, de l’humour de warrior quoi), franchement dépaysant, voire exotique. Ils sortent même leurs insultes en chinois (mandarin il me semble). C’est ça qui est bien, avec la SF, c’est qu’ils peuvent se permettre d’inventer tout un univers, de détourner le langage, et ainsi éviter la censure. Comme le « frak » pour BSG quoi. (Je ne mentionnerai pas « felgercarb », parce que je n’ai toujours pas compris qu’est-ce que le point de ce mot.)

Donc la série démarre sur la grande bataille de Serenity Valley, avec une grande défaite qui fut synonyme du règne de l’Alliance au travers de la galaxie. Du coup on se retrouve à suivre les aventures d’une bande de rebelles indépendantistes, à bord de leur joyeux vaisseau de classe Firefly (devinez d’où vient le nom de la série) nommée Serenity, qui font des trucs pas très réglos pour embêter l’Alliance tout en se faisant des sous. Et ils ont la classe.

 

 

Et ils prennent des passagers de temps en temps, pour pouvoir se payer l’essence. Sauf qu’un jour, bien sûr, ils tombent sur les passagers qu’il faut pas avoir. Un gentil docteur et sa petite soeur River, recherchée par l’Alliance qui veut finir ses expériences sur elle. Car voyez-vous, cette jeune fille est effroyablement intelligente, du coup ils en ont profité pour lui triturer le cerveau et la rendre complètement folle. Et le personnage de River, jouée par l’immense Summer Glau (qui se coltine toujours des rôles de fille bizarre et/ou pas humaine et/ou totalement perturbée, et qui les interprète à merveille), est rempli de mystères… Elle dit des choses qui semblent insensées alors qu’elles ont une vraie signification, elle agit comme une enfant apeurée alors qu’elle est plus intelligente que tout l’équipage réuni, et elle reste confinée dans ce rôle pendant la totalité de la série, qui a été annulé bien trop tôt… Heureusement pour nous, un film (Serenity) a été lancé plus tard, pour conclure la série et révéler la vraie nature de River Tam, et je ne vais pas vous en dire plus, mais ça roxe.

 

 

Et au final, c’est pas vraiment de la science-fiction, comme série. Ils ont bien des vaisseaux spatiaux et quelques gadgets, mais euh, ça s’arrête là.

Parce que la plupart des paysages qu’on voit, c’est des planètes ou se mélangent cow-boys plouquisés et chinois, peuplées par les pauvres, tandis que d’autres mondes, plus rares, abondent de richesse. C’est ce qui nous attend dans 500 ans, quand l’humanité aura quitté la Terre.

 

Et y’en a même qui qui mangent du chien.

Mmmh, good dogs ! 😯

 

 

Donc on passe du Far West à des planètes Caprica-like, et faut avouer que c’est pas très homogène, quoi. Et c’est pas stéréotypé non plus. 8)

 

 

Ils ont même réussi à recruter un mec avec un chapeau de merde, et moi je dis, CA c’est la classe. 😆

(ou pas)

 

(faut m’excuser, c’est tellement ridicule que j’avais envie de le caler quelque part.) 

 

Concernant le staff, là aussi c’est assez hétérogène… hormis les deux clandestins, j’ai nommé le gentil docteur Simon et sa soeur timbrée, il y a bien évidemment le Captain Malcolm Reynolds (joué par Nathan Fillion, gniiii), ancien « brown coat » (manteau qui lui va super bien, en passant) professionnel des vannes à deux balles, avec Zoe qui a fait la guerre avec lui…

 

 

Wash le pilote qui aime jouer avec les dinosaures en plastique…

 

(mais on lui en veut pas, hein.)

 

Inara la, ahem, « pute agréée » du vaisseau (très finement surnommée « Ambassador », parce qu’elle facilite l’accueil des habitants sur les planètes visitées….)

 

 

…et Book le prêtre, Kaylee la tête à claques qui a aussi pour utilité de réparer le vaisseau quand c’est cassé, et Jayne le bourrin de service. Avec le pilote dinophile, y’a largement de quoi créer une famille aux Sims, si vous voulez mon avis.

 

Oh, et puis encore un truc qui fait tout le charme de la série : la musique. Dès les premières scènes dans l’espace, on entend quelques notes de guitare à la « Cylon Prisoner », et rien que ça, ça m’a fait bondir. Une série se définit par sa BO, et la musique est bien plus qu’un détail, si vous voulez mon avis. Alors oui, le mélange musique classique-country-oriental a suffi à me faire succomber et à devenir accro à Firefly.

 

Read Full Post »